Le permis auto est composé de deux épreuves que vous devez passer dans cet ordre : le code (connu également sous le nom scientifique de l’ETG pour Epreuve Théorique Générale), destiné à vérifier vos acquisitions théoriques, et la conduite servant à vérifier votre capacité pratique à conduire.

Un examen spécifique est prévu pour chacune de ces catégories.

Ce sont les inspecteurs du permis de conduire qui dépendent de la préfecture qui ont en charge ces examens. A noter que la réglementation a changé depuis le 1er janvier 2004, elle impose à tous les candidats au permis de conduire ayant 16 ans au cours de l’année de devoir présenter, pour pouvoir s’inscrire, leur ASSR ou ASR (Attestation de Sécurité Routière).

Nous recommandons de passer par des centres de formation spécialisés et qui proposent des séances sur simulateur de conduite – Evenkit pour mieux prévenir contre les accidents et assurer la sécurité du stagiaire !

Code de la route : adoptez sa logique !

Pour le code, vous devez répondre à 40 questions et ne pas commettre plus de 5 fautes pour être admis.
L’épreuve se déroule de la façon suivante : un inspecteur du permis de conduire vous accueille individuellement dans la salle d’examen. Il vous présente ensuite les consignes de l’épreuve ainsi que le fonctionnement du boîtier que vous devez utiliser pour répondre.
Peut alors commencer la projection des 40 diapos. Pour chacune d’elles, la question sera sonore et écrite sous la diapo. Vous disposez de 10 secondes pour répondre avant la diapo suivante. A la fin de l’épreuve, l’inspecteur vérifie individuellement vos réponses. Plus de 5 fautes, vous êtes ajourné, moins de 5 fautes, vous êtes admis. Votre code est alors valable 5 ans et vous donne droit à 5 présentations à l’épreuve pratique.

Le secret du code : le travail à l’auto-école.

Bien entendu, mais c’est une évidence, il ne faut se présenter à l’examen que lorsque que l’on maîtrise parfaitement les règles de circulation et les comportements à tenir face aux situations de conduite. D’un seul coup, les questions deviennent très claires et pas si difficiles que ça.
C’est en assistant régulièrement aux cours de code que l’on atteint le niveau nécessaire.
Ecoutez et analysez attentivement et calmement les questions, relisez-les en cas de doute. Très souvent, des réponses sont fausses non pas parce-que les questions sont mal formulées, mais qu’elles ont été mal interprétées. Il faut se mettre dans la logique de l’examen, c’est-à-dire dans celle que vous avez connue à l’école de conduite, lors des tests de code auxquels vous avez participé. Plus vous en ferez, moins vous serez surpris le jour de l’examen.


Ne cherchez pas de piège où il n’y en a pas, mais il y a en revanche un niveau de connaissances à acquérir et une logique dans sa réflexion.
Utilisez le temps dont vous disposez pour répondre sans vous précipiter. Vous avez 10 secondes pour réfléchir et elles sont utiles. Se tromper et devoir manipuler le boîtier pour rectifier son erreur est très déstabilisant et fait perdre du temps, ce qui se répercute sur la question suivante. Quand une question est passée, elle est passée. Il faut l’oublier. Inutile de ressasser un doute qui va perturber votre réflexion pour traiter les questions à venir. De toute façon, il n’est pas possible de revenir en arrière.
Maîtrisez bien l’utilisation de la télécommande, elle reste d’un maniement simple mais ce n’est pas le jour de l’examen qu’il faut s’en inquiéter. Bien que l’inspecteur explique son fonctionnement en début d’épreuve, c’est là encore en vous entraînant à l’auto-école qu’elle sera facile à utiliser.